Faut-il encore avoir un site internet aujourd’hui ?

Faut-il encore avoir un site internet aujourd’hui ?

Alors que les internautes passent la plupart de leur temps sur les réseaux sociaux, un site web est-il encore essentiel pour une entreprise ? Analyse.

Sommaire de ce podcast

La version texte de ce podcast est accessible en bas de cette page ⬇️

Site web ou réseaux sociaux ?

Entre 3 et 5 heures par jour. C’est le temps passé sur les réseaux sociaux par 45% des jeunes âgés de 16 à 25 ans selon la 6e édition de l’enquête annuelle de BDM et Diplomeo sur l’usage des réseaux sociaux par la génération Z.

18% des sondés indiquent même passer plus de 5 heures par jour sur les plateformes sociales. 

Il est donc capital aujourd’hui pour une marque d’être présente où se trouve sa cible. Et sa cible se trouve derrière un écran. C’est la raison pour laquelle une marque doit avoir une présence digitale.

Beaucoup d’entreprises investissent aujourd’hui la majeure partie de leurs ressources en terme de communication pour développer une présence sociale Media impactante.

Et c’est plutôt logique, si la majeure partie du public passe autant de temps sur tik tok ou Instagram.

Mais c’est une erreur, et je vais vous expliquer pourquoi.

temps passe reseaux sociaux par les jeunes
Les jeunes passent de plus en plus de temps sur les réseaux sociaux.  © Diplomeo/BDM

Comment des influenceurs indiens ont perdu leurs millions de followers en quelques secondes

Avant tout, il n’y a pas que les marques qui veulent tirer profit de la puissance des réseaux sociaux. Pas mal d’influenceurs ont aussi centralisé leur activité autour de leur compte Instagram ou youtube par exemple.

Et certains d’entre eux on réussit à créer des communautés de plusieurs milliers – voire plusieurs millions – de followers, sans avoir besoin d’un site web !

Imaginez, vous avez lancé un compte TikTok qui fonctionne très bien. Et vous avez à présent 100.000 followers.

Votre business tourne autour de ce compte, qui vous rapporte plusieurs milliers d’euros chaque mois.

Vous vivez toute l’année comme digital nomad, en voyageant de continent en continent. Un mois, vous êtes à Lisbonne puis le mois suivant, vous êtes à Bornéo.

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Vous gagnez bien votre vie, vous êtes libre de votre temps, vous voyagez toute l’année. Et tout ça, sans avoir de site web.

Mais les États-Unis viennent de changer de président. Et le nouveau locataire de la Maison Blanche décide de démanteler la plateforme tik tok.

En quelques semaines, les autorités américaines interdisent le réseau aux États-Unis. TikTok perd ainsi l’un de ses plus gros marchés.

Les pays européens décident de faire la même chose. C’est la fin de la partie pour TikTok.

En quelques semaines, l’appli est privée de ces 2 plus gros marchés et l’entreprise disparaît.

Et vous aussi, en l’espace de quelques semaines, votre business s’est effondré.

Ce n’est pas de votre faute, vous avez respecté les règles et avait continué à faire un bon travail avec du contenu créatif et qui produisent de la valeur.

Mais c’est la fin de la partie pour vous aussi. Comme vous n’aviez que votre compte tiktok, vous avez perdu toute votre communauté.

Pour aller plus loin : Est-ce la fin du business des influenceurs ?

Allez, vous pouvez vous réveiller, ce n’était qu’un cauchemar

Mais est-ce que c’était vraiment une fiction ?

C’est un peu comme dans les films d’Hollywood, toute ressemblance avec des personnages existants n’est pas forcément le fruit du hasard.

Il n’est pas impossible que Donald Trump soit réélu la prochaine fois. Et on peut imaginer qu’il voudra aller au bout de ce qu’il avait commencé, c’est-à-dire forcer TikTok à être revendu à une société américaine ou à stopper son activité.

En 2020, un conflit a eu lieu à la frontière entre l’Inde et la Chine dans une zone territoriale sensible, où les armées des 2 pays sont toujours positionnées.

En représailles, l’Inde avait banni 200 applications chinoises dont TikTok.

Mais TikTok représentait une source de divertissement mais aussi de revenu pour de nombreux Indiens.

Problème, de nombreux jeunes gens avaient créé des communautés de plusieurs milliers de personnes sur cette plateforme. Du jour au lendemain, ils ont tout perdu.

C’est le cas de Geet, qui explique qu’elle a perdu ses 8 millions d’abonnées en un claquement de doigts.

Si ces influenceurs avaient eu un site internet, ils auraient pu rester en contact avec leur communauté et éventuellement les rediriger vers un nouveau réseau social.

En tout cas, ils n’auraient pas tout perdu.

Attention à la social Media dépendance !

Si votre présence en ligne se limite à des réseaux sociaux, vous courez le risque de perdre l’intégralité de votre travail un jour.

À cause d’une décision politique au sommet de l’état, pour avoir utilisé une musique non libre de droit, ou avoir abordé un terme proscrit par la plateforme (eh oui, la censure existe sur les réseaux sociaux !), vous pourriez être définitivement coupé de votre public.

C’est le premier avantage d’avoir un site internet : vous ne dépendez pas des réseaux sociaux et des contraintes extérieures.

Car un site internet, c’est ce qu’on appelle du Owned Media.

Un site internet, c’est du Owned Media

Il existe 3 types de médias. C’est ce qu’on appelle le POEM :

  • P pour Paid Media : Ce sont les espaces que vous achetez pour communiquer
    • Pour faire simple, c’est la pub.
  • O pour un Owned Media  : ce sont les canaux dans lesquels vous pouvez communiquer et qui vous appartiennent
    • Un magazine pour vos consommateurs,
    • La vitrine de votre magasin
    • Vos menus si vous avez un restaurant…
  • E pour Earned Media : ce sont les messages et articles publiés par les autres et qui parle de vous et de votre marque

Vous l’avez compris ,un site web c’est du Owned Media. Il vous appartient, c’est à vous.

C’est le deuxième avantage, car quand on est chez soi on fait ce qu’on veut ! On ne dépend pas des autres.

Vous pouvez publier tous les formats que vous souhaitez, sans contrainte de format, de durée ou de thèmes abordés.

Pour aller plus loin : Comment améliorer la performance de votre site web (+ 3 outils gratuits)

Car quand vous publiez sur une plateforme social Media, vous êtes comme un invité.

Et quand on est invité chez quelqu’un, on n’arrive pas quand on veut, on ne fait pas ce qu’on veut. On doit respecter les codes de la maison.

Avec les réseaux sociaux, c’est la même chose. Un cadre est imposé, et vous devez vous y soustraire.

Et si ces plateformes pensent que vous ne respectez pas les règles du jeu, vous pouvez vite être banni.

inscription newsletter l'empreinte digitale

Parfois, vous pouvez même être mis à la porte sans vraiment savoir pourquoi.

L’an dernier, plusieurs amis m’ont contacté pour me dire que Méta avait fermé leur compte Facebook ou Instagram sans motif.

J’avais alors posé la question autour de moi sur les réseaux sociaux et je m’étais rendu compte que plusieurs personnes étaient dans cette situation.

Au final, ils n’ont jamais eu d’explications mais ils ont été écartés de la plateforme.

Un peu comme si votre invité vous mettait à la porte sans vous donner d’explications.

Ce sera un vrai manque de courtoisie, et ça aurait surtout beaucoup d’impact sur votre business  !

Pour aller plus loin : Faut-il encore développer une présence de marque sur Facebook ?

Vous ne dépendez pas des algorithmes de Facebook, Instagram…

C’est le 3ème avantage d’avoir un site internet : vous ne dépendez pas des algorithmes.

Aujourd’hui, lorsque vous communiquez sur Instagram, LinkedIn ou Facebook, vous ne touchez en moyenne que 10% de votre audience.

Si vous avez une communauté de marque de plusieurs milliers de followers, vous n’atteindrez même pas cette performance.

La raison est simple. Les principales plateformes sociales ont attiré les marques il y a quelques années, avec la promesse de créer des communautés pour développer leur image.

Alors la plupart des enseignes se sont précipitées sur cette opportunité.

Elles ont investi massivement afin d’établir une présence la plus large possible sur ces nouveaux canaux.

Une fois qu’elles sont devenues accros, les principales plateformes ont décidé de changer les règles du jeu. Elles ont modifié les algorithmes pour que les marques ne touchent qu’une infime partie de leur audience.

A l’époque, la raison évoquée était simple : les gens viennent sur les réseaux sociaux pour se distraire, pas pour voir des messages de marque. Donc, nous limitons la portée de vos publications afin de ne pas gêner ce public.

Toutefois, il reste possible de les atteindre. Pour cela, il existe une recette magique : il faut sortir la carte bleue afin de sponsoriser vos postes.

En résumé, si vous ne payez pas vous gênez les internautes.
Si vous payez, pas de souci, vous pouvez parler librement avec eux.

Je ne sais pas ce que vous en pensez les amis, mais c’est quand même très très très borderline.

Pour aller plus loin : Comment avoir 10% d’engagement sur Instagram et Facebook

Votre site web doit être la clé de voûte de votre stratégie de communication digitale

En résumé, avoir un site web reste essentiel. Et il est très risqué de limiter votre présence en ligne à une communauté sur les réseaux sociaux.

Vous êtes trop dépendant de facteurs externes et des changements d’algorithmes de ces plateformes.

Mon conseil : même si vous avez développé une grosse présence social media, même si vous avez aujourd’hui plusieurs milliers de followers, votre site web doit être la clé de voûte de votre stratégie de communication.

C’est valable si vous êtes une marque : votre site web est l’endroit principal où vous communiquez autour de votre marque. C’est votre vitrine et c’est votre magasin.

Les réseaux sociaux servent à nourrir la conversation avec votre audience. Mais ils ne devraient avoir qu’un seul objectif final : rediriger vers votre site web. Car c’est là où vous allez vraiment transformer vos prospects en clients.

Pour aller plus loin : Comment mettre en place une stratégie digitale dans une PME

C’est aussi valable si vous êtes un influenceur.

Ne vous limitez pas à une forte présence sur un ou plusieurs canaux Social Media. Si demain une décision politique impose la fermeture de ces canaux, vous perdez tout.

Demandez à ces jeunes gens en Inde qui ont perdu leur communauté du jour au lendemain.

Au contraire, lancez votre site web. Et habituez votre communauté à se rendre sur ce site pour trouver des contenus inédits.

Vous apporterez ainsi une meilleure expérience nouvelle expérience à vos abonnés. Et vous vous mettez à l’abri avec un plan B pour le cas où un jour vous perdiez votre compte social Media.

formation gratuite animation gestion reseaux sociaux community management manager


Related Episodes

Faut-il encore avoir un site internet aujourd’hui ?
Formation gratuite : Décuplez votre créativité sur les réseaux sociaux en 7 jours.
Formation gratuite : Décuplez votre créativité sur les réseaux sociaux en 7 jours.